MARGAUX SALMI : DESSIN


 Danse, 16 x 24 cm, 2017, 50 euros


 
Autoportrait stylo, 29,7 x 21 cm, 50 euros



 croissants, 2017, 21 x 29,7, 80 euros


 Nue jaune, 2017, 21 x 29,7, 80 euros



En partant, 2016, 19,5 x 13,5 cm, 40 euros


Famille, 2016, 19,5 x 13,5 cm, 40 euros


Portrait saltimbanque, 2017, 18 x 18 cm, 50 euros


VENDU



 Peur Bleue, 2017, 21 x 21cm, 50 euros



Double rouge, 2015, 20 x 19,5cm 50euros



 sans titre, 8 x 13 cm, 2016, 20 euros (1)


  sans titre, 8 x 13 cm, 2016, 20 euros (2)


  sans titre, 8 x 13 cm, 2016, 20 euros (3)


 sans titre, 8 x 13 cm, 2016, 20 euros (4)


 VENDU


VENDU


VENDU


Les frais d'envoi sont compris
Pour passer commande voici l'adresse et le mail de Margaux Salmi :
1 rue Irvoy
38000 Grenoble
margauxsalmi@gmail.com

 J'ai choisi pour présenter ce travail des extraits d'un texte de Louis Doucet  que vous pourrez découvrir dans sa totalité sur le site de Margaux Salmi :

"À première vue, les dessins de Margaux Salmi nous dérangent car ils se situent et nous racontent des histoires dans un espace indéterminé. On peut y déceler des traits qui la rattacheraient à l’art brut ou singulier mais son propos a une dimension plus universaliste que les productions de personnes exemptes de culture artistique. Ils doivent évidemment au monde de la bande dessinée mais se refusent à tout propos directement narratif. L’univers des illustrations des contes de fées en est proche mais les sujets abordés sont aux antipodes de l’onirisme enfantin. D’un point de vue plastique, leur dette envers l’expressionnisme est évidente mais soldée dans un refus d’effets trop directement émotionnels. On peut y reconnaître la composition dense et drue, les perspectives aplaties des miniatures persanes mais sans l’exubérance luxuriante de leurs couleurs. L’allongement des figures rappelle le maniérisme du Greco ou du Tintoret mais se nourrit de réminiscences de l’art gothique.


Les dessins de Margaux Salmi sont peuplés de corps longilignes, presque toujours féminins, aux têtes hypertrophiées, avec des nez aquilins, des yeux exagérément grossis. Ils baignent dans un décor onirique où les lois de la pesanteur et de la perspective sont abolies. Ils sont squelettes, fantômes, zombies, ectoplasmes, tordus, torturés, déformés, comme soumis à des supplices dont les instruments nous sont dissimulés… On ne saurait dire s’ils sont bourreaux ou victimes consentantes ou complices… Certains se muent en monstres dont l’identification sexuelle reste toujours ambigüe : hommes, femmes, monstres rachitiques, androgynes hybridés avec des insectes, des petits lapins, des plantes carnivores ou des extraterrestres ?"



LE SITE DE MARGAUX SALMI

(cliquer)